Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

C'est toi l'ambigu
--> Des liens à nouer et dénouer

Ecrit le 28.04.08 à 00h20
Il a la même voix que Blond, au téléphone. Quand j’entends son « allo », j’ai toujours un temps d’adaptation et un réflexe intérieur qui me dit « mais c’est qui, là ? ». Qui est-ce qui me parle ? Pourquoi doivent-ils tous se ressembler ? Blond a une voix douce et grave à la fois. Eden l’a grave mais plutôt chaude. Ils ont la même intonation. Vous savez, ceux des gens drôlement intelligents. Je fonds.

Et c’est reparti. Y’a ces résolutions à la con qui se sont envolées comme la cendre du barbecue. Certes, pas très haut, mais maintenant qu’elle est éparpillée sur le sol, c’est vraiment compliqué de la ramasser. Et dire que je me suis prise la tête les deux semaines entières de mes vacances, à savoir comment j’allais soit passer outre et oublier, soit lui foutre mon poing dans la gueule et mon savon dans les narines. Au final, j’ai encore brassé du vent pour rien. (C’est un pléonasme ? Parce que ça sert à quelque chose de brasser du vent peut-être ? Je suis une inculte)

Je l’ai rencontré à la fac. On s’est dit bonjour lorsqu’on s’apprêtait à se dire au revoir, et on a passé la soirée ensemble à rire, pour changer de nos bonnes vieilles habitudes. On s’est expliqué sur le chemin du retour, et j’ai trouvé les faits de sa bouche diablement logiques alors j’ai arrêté de lui en vouloir, et de m’en vouloir par la même occasion. Advienne que pourra.

Y’a quand même le fait que c’est retombé, chez moi. Les amours impossibles, j’ai arrêté d’en commander au drive du Mac Do. Alors je vois pas pourquoi j’essayerais de compenser ailleurs. J’ai besoin d’une relation mature basée sur la confiance mutuelle et l’apport que l’on peut se transmettre l’un à l’autre. J’ai rien envie d’autre.
Si ça ne ressemble pas à ce que je veux, alors j’en veux pas.
Et pourtant, je continue un peu à le vouloir, dans un coin de ma tête.
Mais juste un chouya. Rien de bien vraiment décelable.


C’est à cause d’Eden ça. Soit disant qu’il faut être clair dès le départ et savoir que c’est sans espoir. C’est lui qui l’a dit. Je suis d’accord hein, ça ne me dérange pas. Mais que je n’aie pas à repousser ses avances indirectes et moins indirectes. A m’étonner de sa proximité et lui faire les gros yeux. Et encore reparler de cette fameuse première fois, comme si on n’avait qu’une seule hâte, c’était de continuer là où on s’en était arrêté.

Et pour la première fois, c’est lui qui m’appelle. Qui me demande ce que je fais pour la soirée. Et les suivantes. Peut-être a-t-il simplement compris que je ne désirais pas autre chose que sa compagnie.

Eden, ton corps tu peux te le garder si ça te fait plaisir. Ce qui me plait chez toi, c’est dans ta tête et tout ce que tu y caches. J’ai envie de te découvrir, et non pas te découvrir. Reste habillé, vraiment. J’insiste. Mais ne me mets pas mal à l’aise. C’est toi l’ambigu. C’est toi qui cours après l’amour, tu crois que je ne t’ai pas vu ? Tu te plains de leur jalousie, mais tu séduis tout ce qui bouge. Consciemment.

Alors quoi. Je ne sais pas ce qui me démarque des autres. Tu as l’air de me traiter comme tout le monde de l’extérieur, mais lorsque l’on est seul, tu changes. Tu échanges. Tu t’intéresses à des choses qui me mettent à nu. Ah non, on avait dit qu’on restait habillés, tu triches. T’as pas le droit comme ça. T’as pas le droit de m’aimer pour ce que je suis.

Habillé ou pas, mes yeux ne peuvent se concentrer qu’en un seul point. Ce mur de difficultés qui se construit entre nous et qui brique par brique s’élève jusqu’à dissimuler complètement  nos visages. Je voulais un truc simple, et on me refile ça. Alors non, je ne veux pas embrasser un mur, ni même projeter quoi que ce soit avec lui. Un mur c’est dur et ça fait mal. Et c’est moche. Et on a beau donner des coups dedans, ça bronche pas. Soit. J’espère que tu as compris. J’ai repris la raison.

Restons chacun de notre côté du mur, mais marchons dans la même direction.
Et alors peut-être qu’un jour,
on en verra la fin.

Mais je ne suis pas très optimiste sur le sujet.


Ecrit par Dine, le Dimanche 8 Juin 2008, 11:49 dans la rubrique Actualités.

Commentaires :

Skellig
Skellig
08-06-08 à 12:11

C'est vrai que ce genre de relations ambigus, c'est pas svt que ça finit bien ! Je pense que ce qu'il ya de mieux à faire c'est de faire comprendre clairment à l'autre ce qu'on attend de lui, et l'autre doit faire pareille pour nous. Je connais des personnes qui ont commencé ce genre de relations comme tu la décris et ça a finit dans la haine totale !


 
MangakaDine
MangakaDine
08-06-08 à 12:45

Re:

La haine totale! Quel dommage.
Le pire je crois, c'est l'incompréhension. C'est l'alternance constante entre envie et raison. Du coup, les actes paraissent illogiques et sans liens entre eux. Et on ne comprend plus l'autre.
Tu as raison, il est important d'être sincère l'un avec l'autre. Mais c'est tellement dur. Au fond, les attentes changent chaque jour. Parce que l'on est sur de rien. Parce que justement, un jour c'est la raison, un autre l'envie...

 
Skellig
Skellig
08-06-08 à 13:04

Re:

Je comprends. C'est vrai que ce qu'on veut change d'un jour à l'autre. Mais il y a un moment où l'on décide définitivement de la suite de choses. Bien sur ça ne vient pas tout seul, il faut bcp de temps pour comprendre ce qu'on veut de soi et ce qu'on veut de l'autre. Cette décision est influencée par nous, par l'autre, par tous les gens qui nous entoure et par ce qu'on désire réellement.

Bonne chance à toi !! et prends ton temps !


 
MangakaDine
MangakaDine
08-06-08 à 13:08

Re:

Pour ma part, quand j'arrive à prendre une décision définitive sur le sujet, c'est qu'en quelque sorte, j'ai abandonné. Que le jeu m'a épuisé et que je ne suis plus capable de continuer dans ce contexte. Ca devient alors un ultimatum à moi même, et à l'autre aussi.

Mais je prendrai mon temps. Je ne suis pas pressée... :)

Bisous!