Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Bien jolie au fond à droite
--> Ou l'art d'affirmer ses nuances

Ecrit le 19.01.12 à 04h20
Tu vois la peur elle nait de ce genre de conclusions qui finissent souvent de la même façon à savoir qu’en dehors du désir que tu suscites en eux les gens n’attendent rien de toi. Que les efforts, les petites attentions, les sourires, les belles phrases, le temps passé à essayer de se découvrir, de s’apprendre, se connaître se freinent net comme au bord d’un immense précipice lorsqu’on a la certitude qu’ils ne déboucheront pas sur un rapprochement physique, une lueur d’espoir quant à ses propres intentions. Qu’au final, pour se créer des amitiés faut commencer par un amour, faut consommer, consumer, pour avoir l’opportunité qu’en face on persiste un peu, qu’on s’obstine à vouloir vous garder, qu’on comprenne de fil en aiguille malgré tout la bête et qu’on s’offre la possibilité de l’aimer pour ce qu’elle est avant ce qu’elle dégage.

Cette crainte d’une réalité fourbée par la beauté d’une silhouette, elle existe parce que les gens mentent à ceux qu’ils souhaitent posséder. Ils se font beaux, agréables et charmants, patients, généreux, drôles et courtois, te font te sentir important et précieux, te font croire en un lien imbrisable quand il s’agit de baise on est la prunelle de ses yeux, quand il s’agit du reste on a l’inintérêt total et le mépris du juste. On a en face de soi le sentiment que l’autre a perdu son temps. Oui, c’est ça, nous ne sommes qu’une perte de temps.

Finalement, c’est bizarre qu’une jolie fille invite quelqu’un à dîner. Ca voudra forcément dire des choses. Ca voudra impliquer une séduction et des promesses, parce qu’une jolie fille implique des promesses. Une jolie fille, forcément, dégage l’attirance de l’ambigüité. Alors si elle a le souhait de ne pas jouer sur les sentiments, bah elle a pas trop le choix la jolie fille, elle appelle personne. Elle reste dans un coin, bien jolie au fond à droite, seule à sa table, comme ça ça fait pas chier son monde, comme ça, pas de tentation, et chacun est bien content, et plus personne ne l’accuse, à part peut-être d’être un peu asociale et solitaire à rester dans un coin alors qu’elle pourrait tellement profiter de la vie en s’envoyant en l’air avec tous les gars du bar, même si ça fait un peu pute aux mœurs légères qu’on prendrait pas au sérieux, qu’on considèrerait plus vraiment autrement que par son cul et même qu’elle aurait pas vraiment de cœur, et même qu’être intéressante ce serait pas si important quand on sait déjà qu’elle remplit l’autre critère. De toute manière, une jolie fille, quand elle est plus désirable, elle n’est plus que bizarre. A tellement s’efforcer de ne pas correspondre aux fantasmes qu’on se fait un plaisir de lui attribuer.

Alors comment faire pour trouver une compagnie agréable, un voisin de tablée, un compère de dialogue, un instant, propice, à l’échange humaniste? Pour qu’ils restent malgré tout, comment faire?
Pour ne pas se retrouver seule.

Devenir l’objet des attentes, laisser entrevoir la possibilité qu’elles se réalisent, faire de la politique des sentiments, une campagne, et recueillir le maximum de votes afin d’être réélue aux côtés d’inconnus de comptoir se voir offrir les faveurs d’êtres qui projettent leurs envies sur une attitude, un corps, une ambiance de suspense emprunte de mystère.

Alors oui, c’est un effort. Dire à un homme qu’on ne le désire pas, qu’il n’aura pas la chance de goûter à quoi que ce soit et que c’est radical et impénétrable, c’est un effort. C’est davantage un effort qui chancelle de réitérer l’intention plusieurs fois avec franchise, parce que forcément la première fois n’était peut-être seulement qu’un défi, un jeu, du genre qui dit non lorsqu'elle dit oui, qui ne sait pas ce qu’elle veut, qui ferme les yeux, qui n’a pas bien vu, qui se bloque, qui se trompe, inconsciente, et tellement d’autres arguments qui justifient que les propos de refus ne sont pas ce qu’ils peuvent laisser supposer. C’est toutes ces fois où on reprend depuis le début, répéter qu’on ne souhaite pas cela, sans être probablement crue, parce que le désir est trop grand pour laisser jaillir le raisonnable. Parce qu’on n’a pas le droit d’affirmer une nuance, parce que ce serait encore plus compliqué pour l’autre de cerner les différences de non possibles, déjà qu’il ne sait pas concevoir le non le plus noir, le plus brut. Parce qu’au fond, si l’homme a envie, c’est toujours de notre faute. Mais surtout, le plus vicieux, c’est lorsqu’on croit avoir enfin réussi à se faire entendre, et qu’on a vu l’autre rester quand même. Se dire enfin, quelqu’un qui n’a pas souhaité que cela. Et se rendre compte qu’il n’avait seulement qu’un temps de retard à la comprenette par rapport à ses congénères. Et que maintenant qu’il a vraiment saisi, il n’est déjà plus là. Que dorénavant, on ne l’y reprendra plus. A perdre son temps avec une de ces filles qui ne répond même pas aux engagements qu‘implique sa beauté.


Ecrit par Dine, le Jeudi 6 Septembre 2012, 04:08 dans la rubrique Actualités.

Commentaires :

Absurdus
Absurdus
06-09-12 à 16:57

Wow, c'est un peu caricature et généralisation abusive tout ça.

Je sais pas, peut-être que t'es perpétuellement en mode 'séduction', que tu lances des signaux ambigus "pour qu'ils restent malgré tout", que t'en fais trop "pour ne pas te retrouver seule".

Sauf que j'en sais rien et que jouer sur tes mots et tirer des pseudo-conclusions sur du vent ne mène à rien, si ce n'est à des malentendus.

C'est juste que je ne sais pas où tu rencontres tes hommes, mais en tant qu'être humain de sexe masculin, je n'ai jamais parlé avec une fille avec derrière la tête l'idée que j'allais coucher avec elle. Qu'elles soient désirables ou moins désirables, qu'elles m'aient invité à dîner une ou plusieurs fois. Que je me sois retrouvé chez elles en tête à tête à 2 heures du matin. J'ai eu des conversations normales avec des filles intéressantes sans avoir jamais eu l'impression de perdre mon temps.

Tu pourrais me rétorquer que je ne suis peut-être pas très normal, que quand on ne peux pas vraiment imaginer qu'une fille puisse avoir la moindre attirance pour soi il est plus ou moins évident qu'on ne vas pas tenter de manoeuvres d'approche forcément vouées à l'échec, mais là n'est pas le problème. Je ne pense pas être le seul sur terre à ne pas laisser mes hormones décider d'avec qui j'ai envie de discuter et de l'intensité de mon intérêt pour quelqu'un du sexe opposé.

Ce n'est pas que l'attirance physique, la petite montée de désir fugace, le petit pincement au coeur face à un sourire, le vague espoir forcément déçu d'être un peu plus qu'une simple connaissance n'existent jamais, l'un ou l'autre, dans un cas ou dans l'autre, passagèrement ou parfois (douloureusement) durablement, mais pas chaque fois, pas tout le temps, pas systématiquement. Et si ça arrive, on en revient, sans que ça aie automatiquement aucune autre sorte de conséquence. Genre tu m'intéresses plus.

Mais bon, bien sûr, ça dépend des gens et de ce qu'ils recherchent. Et que c'est vrai que certains savent bien cacher leur jeu et que c'est pas forcément très clair au départ.

Bref, tout ceci pour ne pas dire grand chose. Veuillez m'excuser pour cette interruption malencontreuse, vous pouvez maintenant poursuivre le fil de vos pensées.


 
MangakaDine
MangakaDine
06-09-12 à 21:16

Re:

Je ne pense pas hélas que l'on puisse faire de ton comportement une généralité en ce qui concerne le genre masculin. Je dis bien hélas parce que c'est bien parce que l'on compte sur l'existence de personnes comme toi qu'on se fait avoir la plupart du temps par les intentions du sexe opposé.

Alors bien sur qu'il y a des nuances, et c'est ce que j'essaie de poser ici. La nuance de mon côté de la chose. Avouons-le, une fille qui sort seule le soir, c'est louche pour les autres. C'est la porte ouverte à beaucoup d'imagination. Et si c'est une fille agréable à regarder, d'autant plus. On dit qu'elle est là pour séduire et qu'elle en joue. Moi je pense qu'on projette son désir d'être séduit par elle en se convaincant que c'est elle qui fait l'action, parce qu'alors, il a une chance d’interaction. Ceci ne s'applique pas aux personnes comme toi qui ne projettent pas d'intentions particulières sur les autres. Et je suis toujours heureuse d'en rencontrer. Mais je n'ai pas écrit ce texte pour faire une représentation fidèle de l'ensemble des contextes et des caractères, mais pointer un détail dans un cadre social particulier qui me touche et m'exaspère.

Parce que ça tient avant tout d'un vécu avant d'être une analyse. Que ça tient compte de l'être que je suis et des réflexes émotifs qui me caractérisent. Comme la peur d'être seule (que je résous de plus en plus) et la haine de la séduction en tant que système de défense face à ses propres angoisses.

Mes hommes, je les rencontre dans de nombreux endroits très différents, mais ceux qui souhaitent se lier à moi sont souvent des "artistes", la famille sociale dont je suis la plus proche.
"Ce n'est pas que l'attirance physique, la petite montée de désir fugace, le petit pincement au coeur face à un sourire, le vague espoir forcément déçu d'être un peu plus qu'une simple connaissance n'existent jamais, l'un ou l'autre, dans un cas ou dans l'autre, passagèrement ou parfois (douloureusement) durablement, mais pas chaque fois, pas tout le temps, pas systématiquement. Et si ça arrive, on en revient, sans que ça aie automatiquement aucune autre sorte de conséquence. Genre tu m'intéresses plus."
J'ai eu affaire à des gens qui pensaient savoir mieux que moi ce que je voulais ou pas. Certains à qui j'ai pu dire très violemment "Je ne coucherai pas avec toi, ni par faiblesse ni même par pitié." et qui ont continué à croire que c'était possible, pensant à un jeu sadomasochiste ou que sais-je. D'autres qui voulaient m'emmener chez eux pour coucher avec moi à qui j'ai proposé des alternatives, à qui j'ai refusé qu'ils me touchent mais avec qui j'ai échangé, rigolé, passé une nuit chaleureuse et qu'on chante ensemble et qui ne m'ont jamais rappelé après ça parce que ce n'est pas ce qu'ils attendent de moi. D'autres avec qui j'ai été plus prudente, en leur expliquant qu'ils ne m'attiraient pas mais que je trouvais leurs idées intéressantes et qu'on pourrait transformer ces échanges en amitié dans le futur, mais seulement cela. En leur demandant de faire préalablement ce choix là, avant de continuer à se voir. Pour qu'il n'y ait pas possibilité de croire, justement. C'est à la suite de ce dernier type d’interaction, quelqu'un avec qui j'ai passé des soirées entières à discuter et me confier, m'ouvrir, être sincère, se faire des cadeaux et qui m'a dit quelques mois plus tard "je  refuse d'accepter le fait que je ne suis pas attirant pour toi" "parce que je ne veux pas autre chose de toi qu'une relation amoureuse, des amis, j'en ai assez et je n'en veux pas davantage alors c'est la dernière fois qu'on se voit" que j'ai écrit ce texte. Ca m'a blessée. Parce que je tenais à la personne. Que j'avais été franche avec elle et pris mes précautions face à la séduction. Que ce n'était pas la première fois que ça m'arrivait, loin de là. Parce qu'à chaque fois, je crois que les hommes sont avant tout des êtres. Et qu'avant d'être une femme, je suis aussi un être. Mais un homme vient me parler en premier parce que je suis une femme. C'est une conclusion malheureuse. Mais il est bien plus facile de gérer la communication avec autrui en ayant cela en tête plutôt qu'en ayant l'espoir d'un changement dans les comportements. Beaucoup moins de malentendus et situations dangereuses. Et la voix de l'espoir fait écho, un peu plus loin, dans un coin de ma tête.

Et si j'écris ici, c'est bien entendu pour être malencontreusement interrompue.

 
Art-Orange-2004
Art-Orange-2004
06-09-12 à 18:55

Tu sais très bien que la beauté d'une femme suscite toujours le désir des hommes
puisque c'est dans la nature humaine. Alors, il te faut sans doute apprivoiser
ce drôle de sentiment et les situations prudemment face aux gens qui
t'approchent sans forcément croire, comme le dit si bien Absurdus, que tous les
hommes ont une mauvaise idée derrière la tête. Je t'accorde que la beauté est un
luxe qui a aussi ses inconvénients. De toute façon, que l'on soit beau ou laid,
les gens intéressants sont toujours difficiles à trouver dans ce monde plus
porté par la consommation que la profondeur des sentiments. Pour le reste, si
j'ai un conseil à te donner, c'est de faire ce qui semble bon pour toi, de
suivre tes envies sans trop te soucier de la norme ou de la morale. Bref, reste
zen, tu vas bien finir par trouver la bonne tessiture de ta voie dans la vie ;)


 
MangakaDine
MangakaDine
06-09-12 à 21:24

Re:

"Tu sais très bien que la beauté d'une femme suscite toujours le désir des hommes
puisque c'est dans la nature humaine."
Je crois en cette vérité même si je n'y adhère pas.
Il ne faut juste pas fermer les yeux dessus par idéalisme. Avancer en ayant conscience de cet état de faits, du danger qu'il implique, et des forces qu'il génère. Malgré tout, c'est si puissant et tout autour de nous que ça remet constamment en jeu l'honnêteté de nos sentiments.

 
Perfect-plank
Perfect-plank
08-09-12 à 16:46

Dine, merci.

Merci, parce que ce texte tu l'as écrit alors que j'ai cherché à le faire depuis des mois. Je n'ai jamais réussi. Alors merci, bravo, etc...

Je publie le lien vers cet article sur mon joueb, j'espère que ça ne te pose pas de problème.



 
MangakaDine
MangakaDine
10-09-12 à 01:43

Re:

Je suis heureuse que ce texte puisse parler à d'autres et je me sens moins seule quand je lis ce genre de commentaires!

Ca me prouve que pour certains (certains surtout, apparemment), c'est une forme de vérité.

Juste, par curiosité. Pourquoi tu ne réussissais pas à l'écrire? Les mots qui manquent ou le sens qui gêne? Autre chose?

 
eveildessens
eveildessens
05-10-12 à 18:42

solitude...

Pour ne pas se retrouver seule ?

Simplement être soi, prendre soin de soi, écouter son intérieur, ce qui nous anime, ce qui nous rend vivant(e)...

Je pense que pour être bien avec les autres, il faut déjà être bien avec soi même... Ensuite, l'image que nous donnons correspond à nos envies intérieures et nous attirons les bonnes personnes (en amitié, en amour...) parce que nous sommes disponibles et ouverts naturellement...

Oui nous sommes "des êtres humains" et l'écriture transmet notre sensibilité... Il est peut être plus facile de se dévoiler ainsi, de se découvrir naturellement avant "un physique" (dans la vie réelle, c'est le contraire !)...

Une jolie fille est un tout : de l'élégance, de la sensualité et de la sensibilité... Je pense que ta féminité est ainsi...sans doute un amour de la vie... Reste toi même, ne te "modifie" pour te protéger, tu te perdras...


 
MangakaDine
MangakaDine
14-10-12 à 03:17

Re: solitude...

Tu rappelles pour moi des évidences : être soi, écouter son intérieur, faire face au miroir qui nous reflète en les autres....

Avec ce texte, j'avais envie d'exprimer autre chose. Un coup de gueule dû à une charnière de l'édifice, un écrou... Une infime partie d'un grand tout et une version de ses multiples nuances. Pas la meilleure, certes. Mais ce n'était de toute manière pas l'intention non plus.

Ma féminité est ce que je dégage, et la part libre de projection que je laisse (consciemment ou inconsciemment) à autrui. Si j'estime que les gens se trompent sur moi ou mes intentions, je peux rester moi-même en ayant confiance en ce que je suis véritablement. Je peux aussi remettre en question mon moi présent qui détermine en grande partie l'image que les autres ont de moi. Je peux aussi commencer à refuser que les autres s'accaparent ouvertement l'image qu'ils ont de moi pour la modeler en quelque chose que je ne cautionne pas. Après, ils peuvent penser de moi ce qu'ils veulent, ils sont libres. Mais lorsqu'ils m'affirment que je suis comme ci ou comme ça alors qu'ils ne font que parler à eux mêmes de leurs propres blessures, je ne suis pas obligée de prendre. C'était plutôt dans ce sens la que je voyais une modification de comportement, si j'en envisageais une.

Merci pour tes mots. Et au plaisir de te lire peut-être prochainement sur ton propre espace de pensée....


 
eveildessens
eveildessens
14-10-12 à 19:24

Re: solitude...

je pense que tu es déjà "toi" alors il n'y a pas de modification de comportement à envisager...

Je te rejoins sur ces personnes qui parlent à eux mêmes de leurs propres blessures, ils nous prennent a témoin pour se libérer de ce qu'ils ne peuvent (ne veulent...) pas assumer...

Oui les hommes et les femmes ne sont pas encore "à égalité" (la charnière de l'édifice, on peut peut être envisager de l'enlever avec douceur et élégance, juste montrer que leur attitude ne va pas nous perturber...), une histoire de mentalités à modifier, les vestiges du passé à oublier, une société à faire évoluer (les jeux pour les garçons, les jeux pour les filles...)... Chacun a sa part de féminité et de masculinité, pas de rôle prédéfini à jouer, simplement se Rencontrer...

Je te souhaite de garder ta féminité déterminée, apaisée... ne pas modeler, ne pas s'adapter...sinon ils auront "gagné"...


 
MangakaDine
MangakaDine
16-10-12 à 23:00

Re: solitude...

Oui, les jeux pour les garçons, les jeux pour les filles. Un ami m'avait parlé d'une étude réalisée dans les maternelles ou les crèches, visant à ne pas prédéfinir les affinités avec les jouets en fonction des genres. Apparemment, mais je le dis de souvenir je peux me tromper, c'était surtout efficace pour ne pas réprimer la sensibilité masculine et donc le développement du garçon. Bref.

Personne ne gagne. Non vraiment. C'est justement ce que je veux éviter, ce rapport de confrontation, de concurrence aussi. Dans le jeu de la vie, tous les participants peuvent gagner en même temps et perdre aussi, mais jamais au dépend des autres. Enfin, c'est ma vision des choses...

 
eveildessens
eveildessens
17-10-12 à 11:53

Re: solitude...

Dans les jeux prédéfinis, on donne un rôle à exécuter, "les garçons seront forts et les filles seront faibles"...tout cela va se retrouver dans une relation entre un homme et une femme, on peut aller plus loin dans la réflexion style "les femmes seront là pour combler les désirs des hommes"...Alors oui, "bien jolie au fond à droite" est malheureusement souvent une réalité...qu'il faut changer pour que les rapports humains "gagnent" en naturel, en profondeur à partager, un respect de chaque personnalité...

J'apprécie "ta vision des choses"...


 
eveildessens
eveildessens
05-10-12 à 19:10

bonjour !

j'ai oublié de me présenter ! Nouveau, envie de partager des émotions intérieures, naturelles, sincères, un amour de la vie... Au plaisir...