Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Dans ces rêves une taille trop grande pour ma carrure
--> Dites-lui que je ne veux pas ruiner l'histoire

Ecrit le 06.02.11 à 01h55
Avant de dormir, ses musiques sont parfaites. Elles le sont aussi pour ouvrir les yeux. En réalité, elles sont un peu le battement de mes cils. Elles viennent faire reluire ma vue et la troubler pour ne pas que les images se dessèchent. Son souvenir non plus. Plus le temps passe, plus l’émotion divague. Se retrouve perdue dans des recoins où elle n’aurait pas dû avoir accès. Ca me fait l’aimer davantage et de manière autre. Ca me fait l’aimer.

Mais.

Lorsque l’intention se faisait trop lourde je me suis toujours débrouillée pour ruiner les histoires. C’est un peu comme essayer de physiquement diviser par zéro. On se retrouve face à un résonnement basique absurde et incohérent et mon cœur a peur de ce qu’il ne comprend pas ni ne peut envisager. C’est à cause de l’intensité, aussi. On ne peut concevoir brûler plus férocement que tout ce qui se consume déjà de l’intérieur et pourtant malgré cela, on s’attend quelque part à franchir un palier supérieur. Mais qu’est-ce qui peut être plus chaud et douloureux que ce brasier qui dévaste déjà ma poitrine? Erreur, erreur, erreur.

Auprès de Blond c’est une année entière que je me suis retenue, muette, de lui faire parvenir ma flamme. C’était le poids du bagage de tout ce que j’avais à lui donner, à lui transmettre et je ne voulais pas lui mettre ça sur le dos, je voulais le préserver d’un tour de rein encore un peu, encore un peu rester à ses côtés sans qu’il n’ait mal, devoir porter et assumer mon amour pour lui. Et puis un peu après l’été j’ai craqué, je lui ai balancé ma déclaration comme une insulte un jour de dispute et je n’ai pas attendu sa réponse. Un an à crever de l’aimer et même pas le courage de patienter la semaine pour savoir si lui aussi. A peine lui avais-je avoué mes sentiments sincères que je me précipitais trouver quelqu’un d’autre histoire d’essayer la division par zéro dans la pratique. Et lorsque je revis Blond la semaine d’après c’était pour lui annoncer que j’avais rencontré As et décidé de construire une vie avec lui.

Le temps lui suit son court sans flancher et celui qui m’anime encore aujourd’hui n’a pas bougé de place en mon cœur, avec ou sans résultat derrière le signe égal.

Pour Ice c’était aussi un attentat suicide magistralement réalisé. Parce que le canal était trop ouvert. Trop de force dans l’attraction, de puissance dans l’échange, de brut dans les sentiments qui circulaient de l’un à l’autre, éprouver les joies, les tristesses et les colères comme si je vivais dans ses yeux c’était trop, trop d’intensité, bien plus que je n’avais demandé et ça me ravageait le corps, le crâne, l’esprit et l’âme. Je lui ai dit quelques jours après que je ne pouvais pas encaisser la force de ce qui nous reliait et dans la semaine je sortais avec Cream son ami le plus proche, histoire de bien tout foutre en l’air et rendre impossible un quelconque moyen d’arranger les rancœurs.
Mais je l’aimais de tout mon être. De tout mon être, je refusais en bloc mes actes inconsidérés, me punissant en silence de cent fois tout ce qu’il a essayé de me faire regretter par la suite.

Et puis, même si très furtif il y a eu Bulle également. Trois ans qu’il me plaisait, gros flash dès la première rencontre. Je me contentais de l’admirer au loin sans jamais oser aborder le sujet et puis un soir je me rends compte à passer la nuit dans ses bras qu’il n’est pas indifférent, je ne parviens à fermer l’œil de peur de m’arrêter de respirer et je lui balance tout ce que je lui ai tu durant mes silences qui n’en pensaient pas moins. Le lendemain, impossible d‘effectuer une réflexion ou une tâche convenablement, mes neurones sont emplies de son nom, alors prenant conscience qu’il n’est pas libre pour moi et sans même attendre de voir les situations se dénouer je rentre dans ce bar et choisis quelqu’un au hasard. Quelqu’un d’autre à qui adresser ma tendresse, vite. Pour oublier et tirer un trait avant que tout ne commence et finisse par se gâcher.
Et je me sens comme infiniment rejetée au fond de moi.

Alors même si ça me démange les doigts. Je ne sais pas à qui m’adresser. Même si tous les jours je me dis que c‘est de la folie, que c‘est minable et puéril, voué à l‘échec, et qu‘on n‘a rien qui va bien ensemble, que je me fais des films aux budgets surdimensionnés et que mes pas s‘empressent de prendre la direction opposée, s‘il vous plaît, dîtes lui que je ne veux pas ruiner l’histoire. Que j’ai peur d’y croire. Mais que j’essayerai. J’essayerai de tenir bon jusqu’à un dénouement, une réponse, un résultat. J’essayerai de ne pas fermer les yeux, enlever les mains qui protègent mes tympans. Mon Dieu, s’il vous plaît. Je suis bien comme ça. Dans ces rêves une taille trop grande pour ma carrure. Je me sens flottante et pas étouffée et je voudrais déambuler encore un moment avec ces espoirs pyjamas. Est-ce que j’ai le droit de demander? Ne me l’enlevez pas. Permettez moi de le connaître. Le côtoyer, le voir sourire. Encore un peu. Même s’il n’est pas fait pour moi. Même s’il est beaucoup trop vieux. Ses musiques me guérissent et je voudrais le lui rendre. Je voudrais pouvoir l’aimer. Qu’il l’accepte. Qu’il reçoive ce que j’ai à lui donner. Qu’il aime mes cadeaux.
Et si c’est moi le cadeau….

Qu’il ait de quoi m’aimer.


Ecrit par Dine, le Vendredi 8 Juillet 2011, 18:14 dans la rubrique Actualités.

Commentaires :

Art-Orange-2004
Art-Orange-2004
08-07-11 à 18:22

Prudence

Il faut savoir quelques fois se faire un cadeau en préservant dans son jardin secret le fruit d'un bel imaginaire.
Oser le réel est un risque potentiel de pouvoir tuer un rêve.
Bien à toi.


 
MangakaDine
MangakaDine
10-07-11 à 04:45

Re: Prudence

"Oser le réel est un risque potentiel de pouvoir tuer un rêve."
Oh, je la trouve belle comme tout cette phrase. Et vraie.

Mais bon, c'est le propre aux rêveurs d'aspirer à réellement vivre dans un rêve.


 
J'ai oublié de me loguer, oui, je suis un boulet...
09-07-11 à 03:53

Polaroïd

Jolie texte ,qui je ne sais trop pourquoi , me fait songer à ce poème : -poésie-

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/charles_baudelaire/l_albatros.html

J


 
MangakaDine
MangakaDine
10-07-11 à 05:02

Re: Polaroïd

C'est peut-être cette envie de déambuler avec mon amour à ses côtés, plus ou moins près, jamais très loin, errer à le suivre sans conviction aucune, et encore moins propre. Ca a quelque chose de beau et de pitoyable à la fois, des ailes de géant qui empêchent de marcher.
Ca me fait penser à ce rêve que j'avais fait il y a deux ans où il était question d'ailes trop encombrantes pour une personne.

Bon, il est assez tard, mes yeux commencent à fatiguer. Mais je suis heureuse de voir une initiale neuve par ici! Qui est J.? Je suis curieuse de savoir.

A bientôt? 

 
J'ai oublié de me loguer, oui, je suis un boulet...
10-07-11 à 06:02

Re: Polaroïd

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant....


La première phrase est pour toi     et    le reste      pour moi...

G 6

 
MangakaDine
MangakaDine
10-07-11 à 21:00

Re: Polaroïd

Jessie? Jesse? Aucun des deux?
Vas-tu passer par toutes les lettres de l'alphabet avant de m'indiquer les bonnes?

Fais-tu souvent ce rêve étrange et pénétrant?
Tu sembles aimer les poèmes. Un sujet dont je suis totalement ignorante. C'est intéressant, ces liens menant à certaines réponses.