Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Prosciutto di Parma
--> J'aime me retrouver là presque par hasard

Ecrit le 16.09.11 à 23h55
Trente minutes entre deux correspondances à Milan pour me rappeler. Il y a un an à peine, j’étais dans ce train, ces couchettes, j’étais sur cette Piazza del Duomo lorsque je me suis fait cette promesse, inaudible, muette, qui résonne encore en moi comme un écho.

J’ai toujours ces bracelets attrape-touriste merdiques noués à mon poignet à l’image d’une présence qui rassure, un bout de mon Italie à ma botte symbole de mon envie de mûrir vers mon ailleurs.

Je suis partie sur un coup de tête, comme toujours. C’est de cette façon là que se projettent mes voyages. En discutant bouffe avec ma cousine parisienne, on s’est mutuellement monté la tête et mis l’eau à la bouche. C’était avant-hier. On s’était dit qu’on adorerait goûter à la charcuterie et aux fromages locaux et comme la vie aime nous faire des cadeaux, à peine débarquées à la gare les saveurs se sont engouffrées jusqu’à nos narines, les musiques à nos oreilles. C’était la quatorzième édition du festival du jambon de Parme dans la ville éponyme. Des odeurs gargantuesques, des étalages de tout ce qui est bon dans le cochon, de la danse, des chants à chaque recoin de rues et entre les couleurs, les colonnades, les chapelles, à trente degrés de la nuit, les distributions de champagne et apéros gratuits, c’est l’Italie bordel! C’est comme ça que ça fonctionne tu le sais, ce pays t’ouvre ses bras et t’accueille en sortant l’argenterie, toujours, toujours aussi content de te revoir après toutes ces années de fidélité, à l’image de cet étudiant à l’arrêt de bus qui nous ayant entendues parler français nous a prises sous son aile et guidées dans la ville, lui et son accent rital rossignol à faire chavirer les cœurs pour les années à venir. J’aime cet endroit. J’aime ces gens. J’aime me retrouver là presque par hasard.


Ecrit par Dine, le Vendredi 23 Décembre 2011, 19:27 dans la rubrique Actualités.

Commentaires :

J'ai oublié de me loguer, oui, je suis un boulet...
24-12-11 à 10:32

Du cochon en tranche de soie pour choper une tourista carabinier et se faire chier dans la botte c bo kom un lavabo. Joyeux (le nain) noël

 
J'ai oublié de me loguer, oui, je suis un boulet...
24-12-11 à 14:51

Re:

Il s'agit d'une série b pas de La grande abbuffata

 
MangakaDine
MangakaDine
04-01-12 à 05:43

Re:

A défaut de parler de grande bouffe parlons petit apéro, ça se désamérise ces olives?


 
J'ai oublié de me loguer, oui, je suis un boulet...
04-01-12 à 11:37

Re:

J'hésite encore à rincer le grain dissolu de la plaie qui suppure.Mon irrésolution devient insupportable en cette nouvelle année mais je renforce sa volonté en me détruisant.Poil aux dents.
Non c pas vrai , je me délave et je décampe.Pour de bonds j'espère .
Je sais pas si faut les désamèriser totalement avant de les coller dans le sel ? Wait and see.
(tu s'rais po scientologue toa dé foa ?).

 
MangakaDine
MangakaDine
04-01-12 à 19:14

Re:

Tu as l'air pas mal perturbée par ton réveillon du nouvel an dis donc, et tu l'as toujours pas raconté d'ailleurs (je veille au grain).

Moi scientologue, ça ferait bondir Alberto!
C'est parler de mes rêves et d'amour qui t'a donné cette idée étrange? Non parce que si c'est effectivement cela, les idées de la scientologie pourraient commencer à m'intéresser!

 
MangakaDine
MangakaDine
04-01-12 à 21:49

Re:

Et au fait, arrête de parler de rincer le grain de la plaie qui suppure, parce qu'après dans mes stats, je tombe sur des trucs comme ça :



 
Lamy-Zafeu
Lamy-Zafeu
05-01-12 à 17:16

Re:

Cette histoire de crise hémorroïdaire me fait songer à un cul naturiste
qui ne s'abaisserait que pour se faire mater.Trop de cervelle et pas assez de
corps gras probablement.Crise d'urée.
Pour la chose du 1/1/2012 , je travaillais au corps la demoiselle en question ,
tout en la tenant bien par les fesses (faut bien se raccrocher à quelque chose
de tangible dans cet univers ondoyant) lorsque mes petits doigts crochus furent
soudain inondés par un fluide positivement liquide qui n'était manifestement pas
du sang.
Je la regardais alors dans les yeux tout en lui souriant et dis :
-mais kess tu bois doudou dis donc ?
Elle me répondit alors , baissant les yeux et rougissant comme une débutante :
-va vite couper l'eau je crois bien qu'on a pété une canalisation.

Bref , la demoiselle n'étant plus étanche , je constatais alors les dégâts
occasionnés par cette jolie femme fontaine à la mi-temps de nos ébats :
Un drap inondé et un matelas mousse de latex tout spongieux.
Purée de noisette.
Chez mes parents en plus.
Aussi sec ,je courrais à la salle de bain récupérer une grande serviette éponge bien
épaisse pour absorber l'eau du matelas et utilisais par la suite une éponge savonneuse
pour le drap housse qui prenait un coloris tout bizarre en séchant.
Après une bonne heure de pause , je peaufinais mon travail avec un sèche cheveux atomique
tri-vitesse qui finissait enfin par faire bonne impression...
Voili voilà voilou les aléas d'un beau métier sur lequel il faut toujours se
remettre à l'ouvrage.

Pour l'affaire scientolollo , c'est cette histoire d'amour universel qui est
un peu louche je trouve.
Ca me fait penser à Yivo de Futurama (eh zozyo ,si tu lis ça,sache que je couche avec toutes
les couleurs de peau et que je vote à gauche quand je vote par défaut ,purée de.)


 
MangakaDine
MangakaDine
05-01-12 à 18:34

Re:

Pour ma part je dors toujours dans ma mare. Pour les prochaines fois, je préconise le carrelage, il n'y a qu'à passer la serpillère après ébats, le seul danger étant de glisser sur les dalles pendant mais bon, au moins, on se couche au sec.

Qu'est-ce qui est louche dans un amour universel? Enfin je veux dire, quel rapport avec la scientologie?
Je trouve ça légèrement vexant dès lors que j'essaie d'exprimer un point de vue sur une forme de spiritualité, sur ce qui me touche profondément et fait partie de ma vision de la vie la plus intime, qu'on me parle de propos sectaires. Dans ma vie de tous les jours, à cause de ce genre de réponses je n'en fait pratiquement jamais référence, à part à mes amis très proches et encore, certains ont la même réaction que toi. C'est quoi ce blocage? Ce raccourci complètement absurde? Résultat, je n'évoque plus ce qui est le plus important pour moi. J'ai arrêté. Au lieu d'avoir un dialogue, des questions, j'ai droit à des regards louches ou à des "tu fais partie d'une secte ou quoi?", au lieu d'essayer de comprendre pourquoi c'est important pour moi, et quel est mon point de vue. Et les conversations sont déviées. Je sais pas moi, quand quelqu'un me fait part d'un truc qui m'est étranger ou auquel je n'adhère pas, je vais l'écouter attentivement, et essayer de comprendre son ressenti, me mettre à sa place. Et pas rétorquer, "tu fais partie d'une secte?" ou en un peu traduit, et c'est ce qui me vexe le plus "c'est quelqu'un qui t'a dit quoi penser?". Parce qu'alors quoi, c'est impossible d'arriver à ce genre de résultat par nous-mêmes?

Voilà, c'était le coup de gueule du jour envers l'ami Zafeu.

 
J'ai oublié de me loguer, oui, je suis un boulet...
05-01-12 à 20:48

Re:

Je passe essentiellement par le sensuel dans la vie quotidienne et
je préfère cueillir des sourires plutôt que des pensées profondes.
Et je vois pas du tout à quoi peut bien ressembler cet amour universel
qui serait autre chose qu'une même longueur d'onde concernant un groupe
de personne bien défini.
Mais si tu peux l'exprimer autrement que par des assénations du genre maitre
Alberto je suis toute oreillette.(du Mans)
Mais de l'amour universel sans amour perso c'est de la charrue sans les boeufs ,
non ? (c peut-être ça le problème)

Lamy Zanthrope.


 
MangakaDine
MangakaDine
05-01-12 à 21:45

Re:

Moi aussi je passe par le sensuel et je préfère cueillir des sourires! Si tu savais à quel point! Ça n'interfère pas du tout avec les pensées profondes, c'est même lié. Je suis très intellectuelle et très charnelle, très sérieuse et très légère je veux dire, ce ne sont pas des facteurs qui s'annulent. Ici je parle d'une vie particulière, et d'un côté particulier de l'intimité, je n'énonce pas tout, heureusement, c'est le défouloir de ce que j'ai choisi de sortir par l'écrit.
Alors changeons de mots. Emploie ce que tu penses le plus approprié. Moi j'ai dit amour universel parce que c'était ce qu'on avait trouvé avec Sian pour le qualifier, à cet instant dans la voiture. Si on avait plus précisément parlé d'universalité, c'était pour le dissocier de l'amour "amoureux" que l'on éprouve pour un être dans un contexte particulier. On l'avait aussi dissocié de "l'état amoureux" qui n'est pas un échange mais juste "se sentir amoureux" de quelqu'un. Le truc c'est qu'il y a différents niveaux d'amour, différentes formes. J'imagine que je ne te l'apprends pas. Tu peux aimer quelqu'un comme un frère un père, un ami, un amant, un professeur....tu peux aimer quelqu'un pour ce qu'il est, ce qu'il fait, ce qu'il dégage, ce qu'il te donne.....tu peux aimer quelqu'un tel qu'il est, tu peux l'aimer dans son entier, dans son entier entier....en fait tu te rends compte que tu peux toujours gratter un peu plus loin et dans la largeur avec laquelle tu aimes (avec tes bras, grand comme ça) et dans la profondeur, aller très loin dans l'intérieur de l'autre. Tu peux traverser les couches, ses boucliers, ses blessures ses complexes, ses pensées, son coeur, son esprit, jusqu'à son âme. Je veux bien ne pas employer de mots à références albertesques. Mais je les remplace par quoi? Longueurs d'ondes si tu veux, qui ont plusieurs niveaux de fréquences, qui permettent de réceptionner de manière de plus en plus claire et précise, des longueurs d'ondes en trois dimensions, qui ne sont pas qu'une ligne. Mais tu vois, quand je parle de longueur d'onde, j'ai l'impression que c'est encore plus connoté zarb que de parler d'amour.
Donc attends j'ai pas fini. Imaginons maintenant qu'on ait trouvé cette fréquence exacte qui nous permette de nous connecter directement à l'autre, et donc aussi à nous même dans une réception réciproque. En fait (et je ne fais référence qu'à mon vécu et quelques témoignages de personnes au gré des rencontres) on se rend compte que cette connexion là et le degré d'amour déployé lors de la réception n'a pas forcément de rapport avec "être amoureux", c'est un amour très fort, mais neutre (qui n'est pas le synonyme de fade), quand je parle de neutre, c'est aussi le sentiment de ne pas être attaché, être très libre de cet amour. On se rend compte que cet amour "neutre" n'est pas rattaché à quelqu'un voire l'être humain en particulier. Quand on a un peu compris le chemin pour régler la fréquence et qu'on souhaite le partager ou l'expérimenter, on peut essayer avec les plantes, les fleurs, les animaux, la mer, la roche, le feu, le ciel, les nuages, tout ce qui vit et a vécu avant nous et pendant, la lune, le soleil, mais aussi des objets, des bâtiments, des peintures, musiques, pièces de théâtre, des évènements, des situations, tu peux expérimenter l'amour "neutre" d'une situation oui, d'un contexte, d'un instant, d'un temps, d'un espace, en fait, tu peux expérimenter ça partout, n'importe où, dans le bon, dans le mauvais, dans le très bon, dans le très mauvais, dans le calme plat. Tu peux expérimenter de t'aimer d'un amour "neutre" aussi. C'est comme si dans le fond, ce n'était pas l'amour que l'on dirigeait vers quelqu'un ou quelque chose. C'est comme si l'amour était une matière, une énergie, et que lorsqu'on la faisait vibrer, elle entrait en résonance, et tu en entendais l'écho. A la manière d'un artisan. C'est assez infini comme champs de possibilité parce que personne ne répond de la même façon à l'amour, même si le fond reste identique. Du coup, on peut tout expérimenter. Et c'est avant tout une histoire de ressenti, pas de théorie. Enfin je crois. Même si cette explication n'est pas moins pompeuse, est-elle au moins plus claire?

 
MangakaDine
MangakaDine
05-01-12 à 21:53

Re:

Pour résumer : il y a plusieurs formes d'amour. Elles sont influencées par ce que l'on ajoute de nous lorsque l'on aime. "l'ego". Si on enlève l'ego, on a plus que l'amour. Neutre. Un amour qui lie toutes les formes d'amour, avec toutes les formes d'existence. Une connexion à toutes les fréquences, simultanées. Un amour qui est perçu plus comme une matière avec laquelle on peut interagir, que l'on peut sculpter, plutôt qu'un sentiment.

Ca n'empêche pas d'être amoureux de quelqu'un. En fait, ça n'empêche rien.

 
J'ai oublié de me loguer, oui, je suis un boulet...
06-01-12 à 10:56

Re:

Attraction universelle : Principe découvert par Isaac Newton à la fin du XVIIe s.
selon lequel tous les corps s'attirent mutuellement en proportion de leur masse
et de l'inverse du carré de leur distance.
Enlevons l'ego (la masse) et abolissons les distances pour faire plus court.
Reste l'inverse du dernier carré.Une poche de résistants biens armés (passe moi
ton trident Jules) qui combat sans cesse dans l'ombre pour la primauté de
Legoland (c moa).

Sérieusement :
"Si tu enlèves l'ego on a plus que l'amour."
Je vois bien le raisonnement qui en découle , même si l'hypothèse de départ
reste encore à démontrer.
Un gros câble avec plein de petits fils dedans (moins en multiplexant)
qui relierait toutes les 'choses' de la planète (au moins) et de l'univers.
L'internet meetic de la love en gros.
Quant à interagir avec ?
Là je vois pas bien.
Pour l'amour très fort mais neutre , j'imagine une grosse envie de pisser
en marchant.Je tombe sous le charme du premier chiotte venu.C'est
un amour intense (et passager) mais différent.
(ça me fait songer à ce type qui faisait l'amour avec un arbre.Il devait
probablement sculpter quelque chose mais j'ai pas vu la fin du film.)
En bref , qu'est ce qu'on en fait de cet amour en cellule souche qui
pourrait bien flotter entre tout ? Keske qu'on peut bien en faire ?

Honnêtement je pense que c'est une vision essentiellement mentale que
tu projettes en fonction de ton cerveau et de son vécu :
Le frisson de l'ascétisme des grandes profondeurs.
Je plaisante , mais si c'est important pour toi , il faut pas hésiter.
Si tu étais daltonienne tu verrais aussi des choses que les autres ne voient pas.
Et si tu étais Albert tu verrais probablement la vie avant la vie.
Moi je préfère le gros cul des sensations palpables.
Chacun cherche son chat koi.
Mais tu restes quand même un accroche-coeur dans ton écriture.

"Tout ce mal pour en arriver là"
"Qu'est-ce qu'on va en faire ?"
"S'en défaire ou se le partager ?"
Maurane.

Lamy Zanexamen (avant Lamy Zanbière)

 
MangakaDine
MangakaDine
06-01-12 à 18:17

Re:

J'aime bien tes exemples, ton explication imagée de l'attraction universelle, l'internet meetic de la love, la grosse envie de pisser. Le gars qui fait l'amour à un a....(...wtf?)

Ca m'a fait penser à (pourtant pas vraiment de rapport) à cette théorie que je trouve assez jolie dans sa conception et ce qu'elle laisse sous entendre, la musique des sphères. Je sais pas si tu connais?

Bref, pour illustrer tes questions quant à comment interagir avec l'amour et quoi en faire, je vais utiliser un exemple assez cartésien d'une source ultra fiable : moi dans un rêve. Voilà....
Je me rappelle d'un rêve que j'avais fait il y a un bon moment, assez rempli et long dans sa chronologie mais je ne raconterai que la fin. Donc, j'étais morte dans ce rêve, je n'étais qu'un esprit. Je me rendais compte que même en tant qu'esprit il fallait continuer à travailler sur soi, à se perfectionner encore et sans cesse jusqu'à devenir des êtres super bien top mega cool à l'image d'un petit dieu. J'avais même un boulot (particulier certes). Je comprenais bien le principe fondamental de tout ça, mais pas trop le pourquoi. Alors je me suis dit que j'allais parler à Dieu directement pour lui demander. Je ne sais pas si c'est lui qui m'a répondu, ou un employé de sa multinationale, je sentais juste une présence bienveillante, sans la voir, et il était convenu que c'était Dieu, bref. Je lui dis mais c'est quoi ce binz au final, le sens d'une venue sur Terre, je veux bien m'améliorer et en faire le but de mon existence, et admettons qu'un jour j'y arrive, que je sois quelqu'un de totalement pur sans ego rempli d'amour neutre universel machin tout ça, à quoi ça sert? Qu'est-ce qui se passe? Qu'est-ce que qui se passe une fois qu'on a réformé la personnalité, hein?
Là, une voix m'a répondu ceci : une fois qu'on a réformé la personnalité, on fait des mathématiques. Pas exactement ça dans les mots (ça fait longtemps), mais en gros, on s'attèle à la science. Et là, j'ai eu droit à une description visuelle immédiate de ces propos, un exemple dans la pratique. Difficile à retranscrire. Comme si la Terre était à nous, qu'on pouvait tout faire. Je parle de matière dans le sens où il était possible de la modeler, la retourner dans tous les sens, transformer chaque parcelle, atome, la mélanger, redéfinir, par la puissance de la pensée, la science associée à l'esprit, etc. C'était une réponse à laquelle je ne m'attendais pas, mais dans mon rêve, je la recevais et l'éprouvais comme un champs de possibilités énorme, et comme un début qui ouvrait sur d'autres paramètres à prendre en compte par la suite.
J'imagine qu'à force de l'étudier, on finira bien par comprendre la vie et ses méthodes de construction, on commence déjà à pas mal cerner les différents moules. Mais je pense qu'un des moyens de discerner le contenu, ce serait d'utiliser l'empathie. Ce serait de l'entendre respirer, d'écouter ses intentions. On pourrait ainsi, en complément du reste, obtenir une vision plus globale, peut-être.

Je suis persuadée qu'il n'existe pas qu'une seule vérité. Je crois qu'elles sont multiples, complémentaires, opposées, sans pour autant entrer en contradiction ni en conflit les unes avec les autres. Une multitude de vérités pour une multitude de plans dans un même espace. Je possède ma vérité en fonction de mon vécu, mes rencontres, mes capacités et ce qui fait particulièrement écho à mon coeur, vers quoi je tends fondamentalement. De ce fait, pour moi, l'amour peut aussi être perçu comme une énergie capable de devenir matière, qui peut être projetée par nos pensées profondes et transpirer de notre état d'esprit. Pour moi, la pensée est quelque chose qui se matérialise. Selon ce que l'on est capable de distinguer, on peut apercevoir la pensée et également l'énergie. On peut l'observer et l'intercepter, la toucher, lui donner une forme entre nos mains, une couleur, on peut construire un monde immatériel et entrer en contact avec celui des autres. Ce n'est pas une rupture avec la réalité ou vivre dans un rêve. Ce n'est, de mon point de vue, qu'un paramètre de plus. Comme des calques que l'on superpose, ou des filtres de couleur. Aujourd'hui nous vivons dans un filtre (je ne sais pas si c'est vraiment le mot) de couleur jaune, par exemple. Mais on peut rajouter un filtre cyan sur le jaune, plus tard, on pourra en rajouter un magenta, et peu à peu les différentes couleurs naissent. Ça ne change pas les formes de ce que l'on voit, ça rajoute seulement plus d'informations. Et ça les rend étrangement plus crédibles.

Il y a tellement de nuances. Par exemple, je ne fais pas vraiment allusion aux mêmes choses et façons de procéder dans le dernier paragraphe comparé à l'avant dernier. Bref.

Ah, et tu parles de daltonisme, je trouve ça fascinant! De toute manière, voir tous la même chose de la même manière, rien n'est moins sur! En ne tenant compte que des yeux dits "normaux", comment savoir si mon bleu est de la même couleur que ton bleu, même s'il porte la même dénomination? Je ne serai jamais dans tes yeux. Quoi que.....hein.....où sont les limites!

De toute manière, les questions transitent sans cesse et sont à chaque fois à reconsidérer.

 
MangakaDine
MangakaDine
06-01-12 à 18:17

Re:

Tu me fais écrire des pavés!


 
Lamy-Zafeu
Lamy-Zafeu
07-01-12 à 13:14

Re:

Tu m'écris tu m'écris tu m'écris
des mots des mots des mots
où tu m'dis
que t'es
en terre happy....Buzzi grec.
...et pour les amoureux de la nature : ça se passe ici.
Le truc chose des sphères me rappelle quelque chose.Un bouquin sur la musique en général
ou sur les claviers en particulier.J'chais plus trop.
On finit toujours par avoir des rapports avec tout et n'importe quoi.
Suffit juste de trouver la bonne équation pour que ça ait l'aire vraie.
Et puis , passer le reste de sa mort à faire des maths c'est un truc
qui me branche pas trop.Lézarder au soleil en croquant dans une bd marrante
et bouffer des amandes les pieds en éventail dans le romarin frais et la lavande en fleurs
je dis pas non , mais chercher le pourquoi du comment de l'univers dans la mare de qu'a fait
, je préfère encore lire un bon polar sur un pieu à plat ventre pour me bousiller les vertèbres.
J'ai bien peur qu'on finisse par s'y emmerder dans le blanc du coton des nuages et dans la douceur
des minous extatiques qui se rongent sans cfesse les sangs.Enfin c'est un ressenti comme un autre.
Comme je disais déjà : deux c'est déjà beaucoup.Alors... après nous le déluge.
(je sais , j'écris pas beaucoup , mais c'est vraiment pas mon rayon la mesure à l'échelle des
planètes , même si je n'ai absolument rien à redire à toutes ces belles rondeurs qui durent.)
J'en écris j'en écris j'en écris
des koans des koans des koans
des conneries
mais c'est ça
ma vie.(à moa)
Purée t'es trop belle quand tu penses à tout toi.Ca me rassure un peu que des gens réfléchissent
à des trucs importants pour que je puisse continuer à brouter comme un bovin dans ma grange.
Si belle soit-elle.

Lamy Zenpli




 
MangakaDine
MangakaDine
08-01-12 à 19:36

Re:

Moi je trouve le mot éternité assez flippant. J'ai bien peur d'inévitablement finir par me faire chier, même si je fais tout ce que j'aime, s'il y a des milliards de choses à découvrir encore, au bout d'un moment, au bout d'un moment, si c'est l'éternité, il y aura forcément un jour un essoufflement, et alors là, on aura toute l'éternité qui reste pour subir l'ennui, être blasé de tout ce qu'on a vu et expérimenté, et c'est horrible! Une monstrueuse lassitude éternelle non beurk, pitié. Finir par détester toutes ces choses que l'on aime à force de les répéter, non merci, non vraiment. 


Aaarh, peuh! Rien que d'y penser....

Je préfère me dire qu'un jour peut-être, on pourra avoir entre nos mains la faculté de véritablement créer toute matière, toute vie, tout art. Et alors, si la faculté de créer est entière, elle est infinie, et l'inspiration, éternelle.

Dis moi, tu serais pas Paulo Berger par tous les hasards?
(Edit : ah ben non c'est pas toi. Ca avait un petit air de ressemblance pourtant. Tu vas faire un tour au Bijou milieu janvier?)

 
Lamy-Zafeu
Lamy-Zafeu
09-01-12 à 11:11

Re: M je dis M

(Cest un peu long , mais quand on parle pour ne rien dire on ne compte pas)
Monter sur Paris ? Quelle idée ! Je monterais volontiers sur un tas de belles chroses , voir même un tas
d'ordures en or massif pour l'amour de l'art comme un coq bien français , mais certainement pas sur
Paris.Tant d'autres l'ont essayé qui de leur bonheur ont payé ce 'ticket machine' à la sncf.Prrrfffft...
(mais bon , si t'es sur un cou évidemment , il faut toujours monter à l'assaut de la capitale)
En ce qui concerne le tee shirt du Berger à part le bâton du sieur Justin Bridou je vois pas trop l'apparenté
même s'il n'est pas si fin.
Dommage pour le bijou.
Je m'envole vers les Barbades pour une durée indéterminée.RV avec une pointure du golfe
persilque pour un gros contrat d'oies blanches à lessiver.J'espère être bien traitée par
le petit personnel malgré mon bronzage méditerranéen.
Pour l'éternité , je m'en fais po , j'aurai qu'à poser une pancarte 'Déjà dérangé' sur un bout de ma croix
de bois pour qu'on me laisse faire mon dernier soupir.(Le premier étang d'ailleurs si divin que je ne lui en ai
gardé aucun mauvais souvenir).
Damned , mon vol va être retardé je croa bien :

Gatwick Airport. (avant) dernière minute

En raison d'une immense vague de brouillard orangé , de nombreux vols vont été annulé au départ et à
destination de Londres aujourd'hui.
Certains passagers iront dormir sur place , d'autres prendront le train.
Les couchettes seront déconseillées aux madones des sleepings et les chiens
trop imbibés d'eux-mêmes paieront demi-tarif s'ils sont accompagnés.
Je me frotte les oreilles en lisant l'affichage qui explose dans mon monozoeil tout bleuté.
Clic clic clic...
La brouette de service ouvre ses portes accordéons.Je dis bonjour au factotum...qui clic clic
de plus belle.
Veuillez monter en marche arrière ...clic clic t-il en clignant des oreilles.
Le chien hoquète en mangeant sa croquette de voyage.Clac clac clac.Ses synapses clic clic elles aussi
et il dégaze dans l'air gelé d'atterrissage qui se gondole.
Le préposé glacé à tête de roussette clic clic à roulettes vers l'animal faux tifs pour dresser procès verbal.
Papatte clic clic clic t-il en bilboquant de sa tête coiffée d'un poteau rotatif qui s'incline.
Clic clic "Et la monnaie ! et la monnaie !" annone t-il au compagnon canin qui dégaze de plus belle.
Clic clic clic clic "Vous paierez un supplément pour l'appoint manquant". clic clic clic clic
etc..............
(tiens , j'ai les méninges qui clic clic moi.Je me demande si je l'ai pas déjà clic cliquer chuilà ?)
(sinon j'avais aussi songé à Liane en train de démonter le moteur de sa grosse cylindrée bicauz ki s'rait trop
bruyant , s'en serait suivi une conversation teintée de merveilleux avec une myriade de petits
lapins roses attelés sous le capot de la chignole démarrant à l'allume-cigare etc...)
ccccccllliiccc

J'ai reçu un nouveau feuillet de ma bible par correspondance , ce type est mon dieu.
J'espère assimiler la chose rapidement pour en mesurer les effets sans inconséquences.
Je te le joins pour info :  CTizzi

Lamy Zannorbite

 
MangakaDine
MangakaDine
27-01-12 à 19:49

Re: M je dis M

Alors, ces Barbades qui me rendent verte de jalousie, c'était comment?

Commencer et entretenir une relation de sex-friend? (la correction automatique veut me faire écrire "serre-frein", je dois comprendre quoi?)
Je croyais que tu étais en couple.
Libre?